Avertissement

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Actions sur le document
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Mot du Bourgmestre à l'occasion du 11 novembre 2020

Mot du Bourgmestre à l'occasion du 11 novembre 2020

Bonjour à toutes et à tous.

 

Nous voici le 11 novembre, jour anniversaire de la signature de l'armistice qui mit temporairement un terme aux combats de la guerre 14-18.

Guerre dont la fin réelle fut officialisée par le traité de Versailles du 28 juin 1919.

 

En Belgique, 100.000 personnes ont perdu la vie, dont plus de 60.000 civils, au cours de ce 1er conflit mondial.

Cette Grande Guerre fit, au total, près de 20 millions de victimes, militaires et civiles.

 

Malheureusement, en cette année exceptionnelle, nous n'avons pas d'autre choix que de renoncer aux cérémonies et aux manifestations publiques habituelles.

Nous sommes de tout coeur avec toutes celles et tous ceux qui auraient voulu être des nôtres.

 

Un dépôt de fleurs et un instant de recueillement auront cependant lieu au pied des différents monuments de notre commune (Vielsalm, Grand-Halleux, Petit-Thier, Ville-du-Bois, Salmchâteau, Goronne, Ottré).

Mais ces visites se dérouleront, dans la sobriété, en comité restreint.

J'y serai notamment accompagné du représentant de la Royale Fraternelle des Chasseurs ardennais, Monsieur Lucien Paquay, d'un porte-drapeau et de l’échevine, Madame Anne-Catherine Masson.

Afin de nous protéger toutes et tous, nous vous invitons à rester chez vous et, dans vos foyers, à vous recueillir et à nous rejoindre en pensées.

 

Nous pourrons ainsi, malgré tout, ensemble, rendre hommage et exprimer notre gratitude à toutes ces personnes qui ont donné leur vie pour notre liberté et pour notre démocratie.

Nos pensées iront bien sûr aussi vers toutes les autres, celles qui sont restées, endeuillées, dévastées ou meurtries.

 

Il reste plus que jamais important de perpétuer la mémoire de ces faits dramatiques.

Pour agir en connaissance de cause.

Pour que nos enfants sachent.

Pour que plus jamais ...

Pour que nul n'ignore vers quelles dérives peuvent mener la soif de pouvoir, les conflits territoriaux, le racisme, la xénophobie, la haine et la violence.

Pour plus d'humanité, de solidarité, de partage.

C'est le principe noble du « devoir de mémoire ».

 

Et ce devoir de mémoire est d'autant plus essentiel dans une actualité qui nous a rappelé combien les libertés d'agir et de s'exprimer peuvent être bafouées, combien des atrocités peuvent être commises au nom d'une religion qui pourtant les désapprouve, une religion qui prône de très belles valeurs humaines.

Ces actes nous rappellent la fragilité de nos systèmes, ainsi que l'urgence d'agir pour la paix et la dignité de tous, dans nos petites comme dans nos grandes actions.

 

Dans cette société en crise, épaulons aussi notre jeunesse.

Pour qu'elle garde un oeil critique, mais aussi ses facultés d'espérer, sa foi en l'avenir et son envie d'agir pour un monde meilleur.

 

Soutenons également le mieux possible nos aînés.

Certains ont connu cette guerre.

  1. d'entre eux traversent pour l'instant une période d'isolement particulièrement pénible.

 

Enormes pensées également pour toutes les personnes qui ont perdu un être cher au cours de cette période si difficile, pour toutes celles et ceux qui gardent de graves séquelles, qui souffrent toujours, ou qui sont dans un état grave, ...

 

Une guerre et une épidémie sont bien sûr, et à maints égards, des événements différents.

Ils peuvent néanmoins faire l'objet de quelques comparaisons.

 

Tous deux engendrent des souffrances morales et physiques, de la peur, un sentiment de solitude, du découragement, parfois.

 

Tous deux demandent aux citoyens courage, loyauté et cohésion.

 

Que l'exemple de toutes ces personnes qui ont traversé les guerres nous aide à garder espoir.

Plus que jamais, restons solidaires et unis.

 

Car le négativisme et la critique sont aisés, tentants, « humains » ... Mais ils sont stériles, ils ne résolvent rien.

Utilisons plutôt la seule arme efficace à notre disposition : la protection.

 

Gardons constamment à l'esprit que toutes et tous nous avons la capacité d'agir et le pouvoir d'embellir le quotidien des autres, et qu'un jour, ensemble, « nous nous retrouverons ».

 

Merci, une nouvelle fois, merci infiniment, pour votre engagement.

Je vous souhaite le meilleur.

 

Votre Bourgmestre,

Elie Deblire.

 

Photographies :

Petit-Thier